Article : L’éthique touristique, ou la pression économique

Cette vidéo va paraître évidente pour la plupart d’entre vous et tant mieux. C’est pour les autres que je la partage. A chaque fois que nous dépensons 1€, nous favorisons directement une filière plus qu’une autre. Quand nous donnons 2€ à un dresseur de singe (souvent très pauvre) pour une photo, plutôt que 5€ d’entrée à un centre animalier responsable où nous les verrons en liberté, nous encourageons directement le commerce des singes et participons à leur mal-être et à leur mise en danger.

Les exemples sont nombreux, lorsque nous acceptons un prix exorbitant par rapport au marcher local pour un taxi parce-que cela reste dérisoire à nos yeux, nous créons de la spéculation et il m’est arrivé de voir des taxis expulser leurs passagers locaux pour me prendre, parce-que le chauffeur pensait faire trois fois plus de gain avec moi (cela va sans dire que j’ai refusé de le prendre). L’argent n’a intrinsèquement aucune éthique, et dans des pays pauvres tout est bon pour gagner quelques euros en plus en vendant n’importe quel service ou aliment à des blancs en manque d’exotisme.

C’est donc à nous de provoquer l’éthique par un levier économique d’abord, puis sociologique quand les préoccupations quotidiennes des locaux le permettront.
Si vous avez des amis prêt à partir en Asie et qui ont prévu un petit trip à dos d’éléphant fouetté ou une petite soupe d’aileron de requins amputés, vous pouvez leur envoyer, vous ne sauverez pas la planète, mais c’est aussi ce que se disait le colibri dans l’histoire. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s