À propos de l’auteur

Maximilien VergnaudMaximilien Vergnaud

Originaire de Confolens(16).
Etudes supérieures faites à Bordeaux(33).
24 ans.

Ca revient souvent, mais c’est surement parce-que c’est vrai. Notre vie doit suivre un chemin, elle ne le fait pas pour tous, mais, selon notre système, elle le doit. Toi par exemple, tu as fait des études de boulanger, maintenant tu es boulanger. On ne te demande pas de réparer la chaîne Hifi, de nous faire une coupe de cheveux ou de jouer un morceau de piano, non, tu es boulanger, pas une sorte d’artiste coiffeur informaticien. Qui n’a pas rêvé d’être journaliste, d’être chanteur, ou même guide dans un endroit qu’on adore? Et pourquoi vous ne l’avez pas fait, parce-que, « c’est pas votre taf »? On vous a fait comprendre que si sur votre avis d’imposition dans la case il y a écrit « ouvrier », et bien c’est qu’il n’y a de place pour rien d’autre. Il n’y a pas écrit « ouvrier voyageur » ni « ouvrier pianiste », ni « ouvrier écrivain », et la taille de cette case est bien limitée. Si vous cherchez la limite, imaginez vous au milieu du vestiaire lors d’une débauche à l’usine. Marc parle avec Omar de la nouvelle focus qu’il veut s’acheter, Patrick lui, raconte comment un gars a perdu 25 000€ hier soir sur TF1 alors que la question était trop facile, pas mal de monde réagit car ils ont aussi vu l’émission et Manu, (restons dans les clichés) est en débat houleux sur le fait que Monaco va perdre 3 places au classement depuis que Cavani est blessé. Et toi Romain, tu as fait quoi hier soir? Imagineriez vous une réponse du style, « moi j’ai pris un cours de piano », « heu hier, j’ai continué à écrire quelques pages de mon livre »…

C’est étonnant mais même pour nous ces réponses sonnent faux. Ces limites sont crées par notre éducation, notre société, notre entourage. Et lorsqu’on en sort on passe souvent en premier par la longue étape du  « ridicule » avant d’atteindre l’étape compréhension et parfois même admiration. En témoignent ces émissions qui font l’apologie de Bernard, banquier le jour, et acteur le soir, comme si c’était quelque chose d’exceptionnel de faire autre chose que son simple job.
Beaucoup d’entre nous, sommes formés, et même très bien formés à faire une chose, notre job. Nous sortons d’études interminables à 24-25-30ans, nous sommes considérés comme l’élite de la société, et on se rend compte un jour qu’on est incapable de préparer un oeuf mit mollet, de lire une carte routière, ou même de changer l’ampoule de notre feu arrière. Il est maintenant ancré dans nos consciences que la seule chose qu’il nous est légitime de faire est celle à laquelle nous avons été formé.
Vous devez être performant dans votre travail afin de gagner assez d’argent pour pouvoir faire faire, ce que vous êtes incapable de réaliser vous même à cause de la spécialisation dans votre domaine qui vous sert à être performant dans votre travail.
Ce fonctionnement semble être gagnant pour notre système, il l’est en effet car parmi tout ces gens spécialisés, beaucoup le sont dans un domaine qui leur correspond tout à fait. Si un fan de mécanique est ingénieur mécanique, la société est gagnante et cette personne consacrera une majorité de sa vie à travailler dans le domaine qu’elle apprécie. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Le système trouve ses limites dans un cas comme le mien, ou dans un cas comme celui de beaucoup de monde en fait. Vous auriez aimé être journaliste ou archéologue, mais on vous a découragé, vous n’étiez pas assez bon en orthographe à l’instant ou il fallait l’être, la famille avait déjà décidé pour vous de toute manière, ou tout simplement à l’époque où vous avez du choisir, et bien la seul chose que vous connaissiez dans la vie était les power rangers et vaguement le nom du village dans lequel vous habitiez. Alors certains se résignent, la plus part en fait, à faire le taf qu’on leur donne et à laisser dans un coin ce qu’on aurait vraiment voulu faire. On le laisse dans un coin parce qu’il y a plus urgent à faire, il y a le match de foot de la semaine prochaine, il y a la machine à laver à changer, il y a bien sur l’empreint de la voiture à rembourser, l’abonnement téléphonique à arrêter, l’assureur à appeler pour un remboursement oublié, l’appartement de Sophie à trouver, l’administratif à remplir, l’administratif à remplir, l’administratif à remplir, les courses à faire, le juste prix à regarder, le salon à ranger, la machine à laver à rechanger…. la retraite à anticiper. Ha mince, c’est fini. Maintenant je vais pouvoir en profiter sauf que mes genoux et mon dos me font mal.

Moi je suis ostéopathe, ce qui suppose une belle vie bien tranquille, avec un salaire confortable, et des conditions pas mauvaises couplées à un rang sociétale plutôt élevé dans les consciences. Un job que pas mal de monde voudrait en somme. J’aime ce job, comme beaucoup de monde aime le sien, cela dit j’aime d’autres choses, comme beaucoup de monde aime d’autres choses, alors disons que dans ma case à moi, il y a barman, ostéopathe, photogr…. et après tout, je n’ai demandé de case à personne moi.

Une réflexion sur “À propos de l’auteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s